3.2.5. Les entretiens individuels auprès des médecins, directeurs et cadres soignants

Notre recherche nécessitait, bien évidemment, la rencontre des décideurs. L’ordre de présentation de notre méthodologie n’a pas suivi l’ordre des démarches d’investigation, l’objectif étant, avant tout, de mettre en exergue les choix méthodologiques ainsi que leurs fondements et leur adéquation avec l’objet de recherche.

En conclusion « le trajet d’une enquête ressemble à une série ininterrompue d’allers et retours entre la réflexion théorique sur l’objet étudié et l’empirie. A la fin, l’incertitude initiale a diminué, mais de nouveaux questionnements sont apparus. Le charme de l’investigation empirique réside dans cet éternel recommencement associé à un permanent ressourcement, contrairement à la réflexion en chambre où le réel n’est convoqué au mieux que pour illustrer le propos de la théorie générale ou de l’essai. »137

Les médecins, directeurs et cadres soignants (54 personnes au total) ont largement contribué à ce que notre recherche trouve du sens et de la pertinence, ces deux points constituant les enjeux primordiaux de toute communication.

Notes
136.

voir annexe n° 20

137.

(F) DE SINGLY « L’enquête et ses méthodes : le questionnaires », Ed Nathan Université, Avril 1993, 127 pages, p 120

cf (P) BOURDIEU « La distinction » Ed de Minuit, Paris, 1979

cf. (A) DESROSIERES « L’opposition entre deux formes d’enquête : monographie et statistique » in (L) BOLTANSKI, (L) LAURENT « Justesse et justice dans le travail », Cahiers du CEE, 33, 1989