Geste n°8

Connaître par cœur une quinzaine de versets du Coran et les redire avec sa mère tous les matins sur le chemin de l'école sous forme de prière, et prendre des cours de langue arabe sont deux indicateurs forts montrant que les parents tiennent à ce que leur enfant puisse intégrer les cultures dont il est issu. A partir de cela, il reconstitue au fur et à mesure les racines de sa filiation. Religion arabe, vécu occidental forment ainsi le socle de sa personnalité culturelle dont il accepte les préceptes. Il est entré très tôt dans la langue écrite française et il connaît déjà l'alphabet arabe. Sortant du registre scolaire, il se sert déjà de l'écrit. L'anecdote de sa petite escapade dont les parents aiment à retracer avec fierté les faits, en est un exemple 488 . L'enfant est bien entré simultanément dans une logique d'appropriation de l'acte lexique et d'apprentissage du code. 489

En conclusion, l'enfant évolue très favorablement dans ses initiations linguistiques (arabe et français). Dans un souci permanent, la maman veut qu’il soit le meilleur. On pressent la tendance "entrepreneur" 490 . Sa scolarité est, pour elle, un investissement personnel. Tout en lui laissant une certaine marge de liberté, elle y consacre apparemment beaucoup de temps. C'est une femme nostalgique, son pays, l'Algérie, semble lui manquer. Elle tient coûte que coûte à garder l'empreinte de sa culture d'origine et à l'inculquer à son fils. Son mari, dans une moindre mesure, car intégré à la société française depuis plus longtemps, éprouve ce même sentiment. Hakim, quant à lui, se situe, par toute l'histoire familiale qu'il l'a précédée, au carrefour des deux cultures. Son père et sa mère lui font partager de façon explicite 491 les versants culturels qui les ont façonnés au cours de leur propre histoire personnelle. Il s'agit pour eux, maintenant, de lui transmettre cet héritage culturel en le médiatisant par les moyens qui sont à leur portée dans le respect de sa liberté : " Lui on lui apprend sa culture et quand il sera grand, ce sera à lui de choisir".

Notes
488.

E Il sait lire l’heure. — P On lui a appris quand même. Une fois j’étais vraiment content de lui. Il était là tout seul. Je lui dis je vais au bureau et je reviens je sui parti au bureau, sa mère n'était pas là.. Un copain a appelé pour jouer un petit moment. Il a laissé un mot à sa mère pour dire je suis juste en bas en train de jouer. — M Non, c'était pour voir le spectacle sur la place. — P Oui, c’est ça, il a écrit un mot, je suis sur la place au spectacle. C’est la première fois qu’il a fait sinon il sort pas. Et pour une fois qu’il est sorti sans autorisation il a écrit un mot, là j’étais content, il a écrit de lui-même. — M Il a écrit, « je sui (suis sans s) à la place, et j’ai fait ma prière, j’ai mangé mon goûter et j’ai fait ma prière ». — P Pour moi, c'était très important pour son âge. J’ai dit à son âge, il est quand même intelligent, on serait rentré, pas de gosse, on aurait été inquiet. C’est gentil.

489.

le critère N°2 n'a pas été explicitement formulé

490.

Cf. tableau reprenant la typologie des différentes tendances, chapitre 3 TOME I

491.

L'enfant est invité expressément à parler en arabe chez lui. Les cours d'arabe hebdomadaire. Une connaissance du Coran. Le travail scolaire (en français), la lecture de livre (en français)