3.3. Les apports de Amartya Sen par rapport à John Rawls

Si A. Sen et J. Rawls donnent tous les deux une priorité à la liberté des individus, ils se distinguent sur les fondements théoriques et notamment sur les conceptions des biens premiers [Rawls, 1980] et des « capabilités » [Sen, 1992].

En abandonnant volontairement l’idée de mesurer le bien-être social pour évaluer les choix collectifs, J. Rawls ne se pose pas la question de l’agrégation des préférences individuelles, qu’il rejette par ailleurs. Il se trouve alors confronté à la définition d’une mesure de la répartition des « biens sociaux premiers ». Cette mesure ne porte pas directement sur les ressources et les objectifs des individus, mais sur « les moyens institutionnels indispensables aux individus pour la réalisation d’intérêts d’ordre plus élevé » [Rawls, 1993, p.232]. Il est, en ce sens, un moyen, car la définition des biens premiers est une construction élaborée au sein d’une conception politique. La définition des biens « sociaux » exclue les libertés et les chances des individus, même si ces dernières sont prises en considération, par ailleurs, dans les principes d’égalités.

En revanche, A. Sen conçoit la liberté non pas comme un moyen mais comme un objectif pour les individus. Il affirme que la capabilité traduit la liberté qu’a une personne de choisir entre différentes vies possibles et qu’il n’est pas nécessaire d’établir une valeur de la capabilité définissant un mode de vie précis. La liberté individuelle se distingue donc de l’accomplissement de l’individu. « Il n’est pas nécessaire d’évaluer la capabilité en fonction d’une doctrine compréhensive, unique et exclusive, qui hiérarchiserait les accomplissements, y compris les modes de vie et les n-uples de modes de fonctionnement » [Sen, 1990, p.233] des individus. A. Sen ne refuse pas de mesurer le bien-être social en soi. Mais en s’inspirant de la vision de J. Rawls, il refuse de le mesurer seulement par les utilités individuelles. La notion de « capabilité » se pose en alternative à la notion d’utilité en prenant en considération la diversité des individus et l’hétérogénéité de leurs motivations.

En outre, contrairement à J. Rawls, A. Sen ne conçoit pas la liberté comme un élément naturel et indiscutable, ni comme un élément lié à un contrat social (section 0). Selon A. Sen, l’égalité entre les individus (égalité des capabilités et des modes de fonctionnement) s’oppose à l’égalité des résultats (de réalisation des individus) en accordant une place centrale à la liberté. « Elle est un produit social directement lié à la justice » [Maric, 1996, p.13].