1.1.4. Conclusion sur les concepts

Plusieurs modèles issus de la théorie de la mémoire « systèmes multiples » postulent que les connaissances stockées en mémoire, qu’elles soient des nœuds, des combinaisons de traits ou des prototypes, sont des abstractions des expériences vécues par le sujet. De plus, ces informations sont acontextualisées puisque extraites du contexte d’encodage.

La section suivante va montrer que la théorie « système unique » de la mémoire envisage les connaissances d’une façon complètement différente. En effet, que ce soit les modèles d’exemplaires (Medin et Schaffer, 1978 ; Nosofsky, 1988), les modèles à traces multiples (Hintzman, 1986 ; Whittlesea, 1989), les modèles à trace unique composite (Murdock, 1982 ; McClelland et Rumelhart, 1986) ou enfin le modèle contexte de notre étude (Versace, Nevers et Padovan, 2002), tous postulent que les connaissances stockées en mémoire sont les reflets de nos expériences. Ces traces sont des connaissances épisodiques (localisées ou non selon le type de modèle) et multidimensionnelles.