Conclusion

La deuxième moitié du XIXe siècle est l’époque de la genèse du système de protection lyonnais, dans une période d’essor du capitalisme qui concentre les moyens techniques et financiers au service du développement urbain. La survenue rapprochée des crues exceptionnelles de 1840 et 1856 vont pousser les acteurs de la gestion à tirer les leçons de l’expérience de la catastrophe afin d’apporter des réponses hydrauliques et urbanistiques dans le but de s’affranchir de la contrainte fluviale. La priorité donnée à l’urbanisation semble avoir favoriser un consensus entre les édiles urbains et l’Etat qui conjuguent leurs efforts pour doter la ville des moyens matériels de la sécurité. Le chapitre suivant va permettre d’asseoir cette hypothèse et d’analyser les modalités de l’élaboration d’une nouvelle politique de gestion qui fonde aujourd’hui encore la gestion du risque d’inondation à Lyon.